Les cartographies de Jean-Pierre, immobilisé par sa myopathie, renversent la logique qui veut qu'une carte ne soit pas un territoire. Feuille après feuille, il mémorise de façon spectaculaire l'espace graphique comme un paysan s'approprie la terre, et il nous entraine dans les circuits figés d'un parcours d'éternité